Un an après … 8 mars 2016 !

« … On dirait des gens transportés dans un pays inconnu, dans une société dont ils n’ont pas appris les usages, ils ne savent pas comment se comporter, ils ne savent plus très bien qui ils sont … et moi je suis comme eux. »
Nathalie Sarraute

Photo

 C’était il y a 1 AN !

Déjà ?

Magnifique journée printanière pour traverser « the Channel » et rouler depuis la côte jusqu’à MK !
​Soleil, GPS, voiture pleine à craquer et beau-frère nous ont accompagné sur la route de l’inconnu.
Appréhension et Excitation. Voilà ce qui nous animait ! 


Mieux ou Pire  ?

Il y a quelques temps on m’a posé ces questions … 1 AN : temps de faire un mini bilan, non ? C’est un résumé des pensées qui me traversent depuis plusieurs semaines, mois …

En quoi je trouve que le pays est mieux ou moins bien que la France ?
Mieux : la ville dans laquelle nous sommes est agréable, vit de « quartier » comme dans un village, à Bletchley avec les avantages de la proximité des services d’une grosse ville comme Valence ou Montpellier à qques minutes (15 minutes de bus du centre ville de Milton Keynes). Les Take Away et les livraisons à domicile démocratisées. Livré chez soi pour 1 pound : invention géniale. Cest le service du client poussé à l’extrême, par exemple à la banque on t’offre un café ou du thé… Les restaurants Cavery (déjà mentionné), où ont peut manger beaucoup, équilibré et pas trop cher et les restaurants indiens délicieux qui donnent l’impression d’être à l’autre bout du monde quand on est (encore) en Europe

Moins bien : la météo humide, les anglais ne sont pas si propres que ça du coup, les trottoirs, espaces verts et bords des routes sont sales. Et oui ! Nous ne sommes pas en Suisse ! (Cliché). La raison : la population s’est habituée à ce que tout acte soit récompensé, donc payé,  donc pourquoi faire des efforts de civilité, n’est ce pas ? Et puis, les anglais n’ont pas inventé l’eau tiède … et ça c’est un peu relou au quotidien ! L’éducation des enfants et leur hyper stimulation. Les enfants ont-ils encore le droit d’être des enfants ? Autre sujet d’inquiétude pour l’avenir  : le Brexit, on ne sait pas trop ce que cela va donner.

En quoi je trouve que les mentalités sont mieux ou moins bien que celles des français ?
Mieux : la réactivité, la rentabilité et l’efficacité presque partout. La politesse (parfois un peu hypocrite, on met du temps à discerner), le droit de mélanger tout (c’est à dire : d’être différent et de l’affirmer). On peut parler de sa foi sans problème, on peut être vêtu comme on veut, ressembler à ce que l’on veut et penser ce que l’on veut sans être regardé de travers. Difficile pour nous d’adopter complètement cette attitude, les uniformes (pour savoir qui est qui) sont très répandus et très utiles dans la vie quotidienne.
Moins bien : chacun pour soi (parfois ça peut être bien, en matière d’aides sociales ça pousse les gens à se bouger mais ça creuse les inégalités), individualisme et activisme poussés à leur maximum. Gaspillage surtout de la nourriture. Ne pas élever les enfants à rester assis, sages et à manger ! Être toujours connectés « on line » mais j’ai le sentiment qu’en France cette attitude est aussi de plus en plus présente. Et remplir un agenda à son maximum … Nous, on freine !

En quoi je trouve que les chrétiens sont mieux ou moins bien ici qu’ailleurs  ? Là je ne peux parler que des 2 églises avec lesquelles sommes en contact, pas de généralités car il existe des contre-exemples… On ne peut pas parler de mieux ou moins bien mais plutôt décrire ce que l’on constate … Les membres des congrégations donnent l’impression d’être engagés, vraiment ! Surtout les personnes de plus de 60 ans, celles qui en France baissent parfois les bras. Très fervents et désireux de partager l’évangile surtout auprès des enfants.  N’ont pas peur d’aller à l’église plus qu’une fois par semaine mais plutôt plusieurs, l’utilisation de médias (surtout de la vidéo comme support) à la pointe, les cours supplémentaires (bibliques, théologiques et sociaux) le soir, sont très fréquents et fréquentés. Les jeunes et les enfants bénéficient de personnes qui œuvrent pour eux à plein temps ! Des moyens financiers (assez considérables) sont mis en place.

Par contre, on met du temps vraiment à considérer les gens comme des amis alors que dans l’autre sens , nous sommes « déjà » des amis à partir du moment où l’on mage ou surtout boit une tasse de thé ensemble. Exemple : à qui se confier pour des questions pratiques ? La voisine ! Mais à qui se confier ? (là c’est moins évident). Dans le groupe de quartier où je suis en contact avec 6 / 7 personnes, on se dévoile un peu plus…qu’au sein de l’église mais il faut être patients, très patients …

Se définir … là dedans !

Photo

Qui sommes nous : des immigrés (un peu), des expats (non pas trop), des étrangers(oui quand même), des fous (certains le pensent) ? Pas évident du tout de se définir.
Pourquoi on est là ? Pourquoi vivre en Angleterre ? Pourquoi quitter la France et surtout le Sud ? Oh combien de fois nous avons entendu ces questions et combien il est difficile d’y répondre. Surtout au mois de Janvier !!!!!!
Alors POURQUOI ? 

Chercher à améliorer sa vie ? NON  / Vivre un projet de vie ? Pas vraiment … / Accomplir un rêve ? Peut-être. 
Chercher une expérience ? OUI. / Surtout pourvoir dire « On aura essayé » !

Expat’ parmi les autres ? Être parmi d’autres étrangers, c’est « facile ».  Par contre, être face à d’autres français, pas si évident. On est alors en miroir de nos défauts, de nos hésitations, râleries et parfois incohérences. Depuis le début nous ne voulions pas trop avoir de contacter avec « les français d’ici ». Par peur de ne pas appartenir au même milieu, par volonté d’intégration rapide, par crainte d’amalgame ? Oui, pour toutes ces raisons. Pourtant, malgré ces craintes, il faut reconnaître que cela fait du bien de parler et rire en français de temps en temps ! En ayant les mêmes codes …
Sommes – nous comme les autres français d’ici ? Ce qui est certain c’est qu’à leur contact : on râle davantage ! SANS aucun doute. 
Qu’est ce qui nous différencie alors ? Notre naïveté peut-être. Du moins, on l’espère.


​idée d’article suite aux questions d’Eliette Bonnet notamment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *