La veille de la première nuit de ta vie

dscn8052 Aussitôt arrivée à l’hôpital le 15, aussitôt étiquetée pour être « sous surveillance »! Être hébergée par l’hôpital de MK ce n’est pas la prison (mais presque) … en tous les cas je dois y rester 30 heures : jusqu’au déclenchement médical de l’accouchement… 30 heures d’attente (sans douleur) et presque autant pour être libérée et découvrir la face cachée de NHS (sécu locale) et l’organisation des grossesses « over due date ». C.a.d. les grossesses qui dépassent la date prévue du terme.

Cette fameuse date de terme ! de délivrance ! Cette dernière est fixée au plus tôt possible, côté UK.

Pourquoi ? On ne saura jamais mais cela on ne le découvre que le jour même de l’accouchement : bien entendu. dscn8053En vérité, on nous avoue même à 30 minutes de me donner un « coup de pouce » hormonal que seuls 5% des accouchements en Angleterre ont vraiment lieu le jour de la date du terme. 5% !!! et la copie n’est pas corrigée pour autant.

Bref même le jour J n’était peut-être même pas la « vraie » date du terme ! On ne le saura jamais.

Récit d’une attente vue de l’intérieur …

Le 16.09.16 … 1h du mat’ (oui, une heure du matin : ce n’est pas une erreur).

Quelle étrange nuit que cette première nuit à l’hôpital de MK !

  • Découvrir un autre aspect de la pudeur anglaise avec les petits rideaux bleus mais partager une chambre avec 5 autres femmes et quelques uns de leurs époux.
  • Subir la chaleur (oui la chaleur!), la moiteur, les odeurs, les discussions, confidences, les discrétions des autres dans les moindres détails.
  • Ne profiter d’aucun courant d’air ni pouvoir rafraîchir l’atmosphère mais avoir la tête pleine du moteur des ventilos des voisines.
  • Entendre les nouveaux-nés de la chambre (ward) d’à côté et être dans la crainte de ne pas connaître le sien !
  • Ouïr les gémissements des unes, les ronflements des autres, les cliquetis, grésillements et sonneries des monitoring, sans pouvoir rien y faire.

Quelle nuit étrange !

Etre réveillée dans son premier sommeil. Etre réveillée dans son second sommeil. Ne pas se rendormir… Penser … à s’en rendre folle. Marcher. Déambuler. Ecrire. Penser encore. Manger du chocolat. Se rendormir. Etre à nouveau réveillée par la voisine sur le point d’accoucher et toujours pas de bébé à l’horizon pour moi, pour nous. Continuer à méditer. Essayer de ne pas s’angoisser. Perdre la notion du temps. Boire des litres d’eau et continuer à faire les aller-retour pour se vidanger. S’asperger d’Avène. Déambuler encore.

Quelle nuit étrange !

Savoir que d’autres prient. S’en remettre à Dieu, aux autres, aux amis, aux voisins, à ceux qui veulent aider.  S’adapter et accepter de ne plus être aux manettes. S’attendre à un miracle et combattre les craintes.

  • ne plus craindre les complications
  • ne plus vouloir être en stand-by
  • ne plus chercher à comprendre la nébuleuse NHS

Attendre. Attendre. Attendre. Et ENFIN, comprendre qu’être « overdue » : ce n’est pas si grave. Prendre conscience d’avoir été gardée tout au long de la grossesse. Et puis au final : réaliser que finalement nous ne sommes plus vraiment « d’étranges étrangers » en partageant les galères de nos voisins.

dscn8071

Et puis,  24h plus tard tenir Tristan dans ses bras et partager ce moment assez peu banal avec un époux-épidurale-génial et une merveilleuse sage-femme : Michelle.

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. Esperanza - Ita dit :

    Merci Gladys pour ce beau partage que nous fait « voyager » avec toi… il nous aide à mieux comprendre ton / votre exploit et nous donne un sujet de joie pour remercier Dieu, sachant qu’il était là, tout au long de votre galère…
    « Quand je n’étais qu’une masse informe, tes yeux me voyaient; Et sur ton livre étaient tous inscrits les jours qui m’étaient destinés, avant qu’aucun d’eux existe. Que tes pensées, ô Dieu, me semblent impénétrables! Que le nombre en est grand!
    Si je les compte, elles sont plus nombreuses que les grains de sable. Je m’éveille, et je suis encore avec toi. » Ps. 139 : 16-18

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *