voyage voyage

Même si j’aime ma vie anglaise, quitter le Sud n’est pas évident quand même …

Même si ma maison, mon foyer est dans le Nord (le Grand Nord diraient certains), reprendre la route est un effort.

Vivre dans un pays différent de celui dans lequel on est né c’est un peu avoir  le cœur coupé en deux !

Pourtant il y a des plaisirs nouveaux comme ceux des longs voyages. Les Deleuze en virée familiale-amicale de deux semaines :

 

  • apprendre à faire des valises efficacement ; on a encore de la marge de manœuvre en matière d’efficacité à 5 !
  • partir tôt pour profiter de la brume qui se lève au dessus des prés et des cours d’eau, au petit matin… poétique.
  • voir des rapaces planaient au ralenti, glissaient sur l’air au dessus de nos têtes ou voir seulement leur ombre devancer notre véhicule…beau.
  • admirer les paysages et les reliefs variés qui défilent et la variété de l’architecture. La France est quand même un beau pays, il ne faut pas le nier.
  • improviser dans les hôtels et manger un peu comme on veut/peut … petite sensation de la liberté des gens du voyage, sans le camping car ni le camion blanc.
  • voyager du Nord au Sud puis du Sud au Nord au début du printemps c’est comme remonter le temps en observant la végétation à ses différents stades !

 Nos Petits Bonheurs du Sud-(Ouest)

10 jours consécutifs de soleil (minimum).

 

20 °C à 25°C  en moyenne …

 

1 grand ciel bleu seulement abîmé par les avions.

 

5 Deleuze ravis et bronzés.

 

Se sentir « à la maison » … même si tout semble avoir changé. Mais où est-ce que l’on range la carafe ici ? Quand on dort dans 7 lits en 14 jours : on peut avoir quelques surprises parfois.

 

Fougasse à l’apéro, zitounes et pastis à l’apéro, saucisse sèche et tariquet en apéro, apéro au soleil, apéro à la bougnette … enfin apéro tout court c’est déjà pas mal …

Se diriger aux odeurs émanant des pâtisseries – boulangeries et SURTOUT pouvoir demander une CHOCOLATINE est être comprise et servie.

Laisser son regard airer sur les paysages vallonnés  du Languedoc.

Vivre un sketch digne des chevaliers du fiel… avec la secrétaire du labo médical !  Entendre l’accent qui chante. Revoir les murs de briques, les façades colorés, les jolis pigeonniers. Se retrouver devant des magasins fermés les lundis et flâner à la place (ou galérer).

 

Avoir les orteils en éventail, sentir la douce piqûre du soleil sur la peau, trouver des coquillages dans le sac, croquer du sable en savourant les premières fraises être au spectacle devant la cagole de Palavas les flots.

 

Oublier les heures qui s’égrainent lentement.

Admirer la nature dans ses plus beaux atours et là avril nous gâte chaque année !

  

Et puis ne pas oublier de jouer SANS chouiner.

   

 

Un commentaire Ajoutez le votre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *