Dictons de Mars

Quand il ne neige pas un peu en février, c’est mars qui se couvre de neige.

Si l’on n’a pas vu de mauvais temps en février, on le verra au mois de mars.

En mars, quand le merle a sifflé, l’hiver s’en est allé.

A mars poudreux, avril pluvieux.

Il existe une bonne quantité de dictons pour le mois de mars. Pourtant, aucun ne me plaît vraiment à 100% tellement ce mois de mars a été changeant d’un point de vue météorologique, tellement il a été dense niveau activités, presque autant que le mois de décembre. On a eu la neige en février ET en mars (deux fois). On a eu du mauvais temps en février ET en mars mais aussi de magnifiques journées. Je n’ai toujours pas entendu les merles siffler alors même si le 20 mars est passé et que l’on a même changé d’heure, il semblerait que l’hiver ne soit pas carrément parti. Puisque l’on a eu de la poudreuse en mars on va avoir un paquet de pluie en avril … à en croire le 4ème dicton ! ça promet 🙁  « Fuyons! » Devrait me dire ma conscience, n’est ce pas. Ou au moins, cachons-nous ! Mais il y a tellement de belles choses aussi en Mars …

Petit retour en arrière…car mars n’est pas anodin chez nous. Il y a toujours une foule de choses à fabriquer, préparer et célébrer. A commencer par les 10 ans de fiançailles … que nous avons marqués un peu en avance, voulant faire venir le soleil et le printemps en avance. 14 février en Belgique, et même à Bruges. Plus romantique ? Pas possible des dizaines de couples avaient opté pour la même destination.

On a enchaîné et profité des visites des grands-parents… marqués par beaucoup de grosses valises très pleines, des sorties, des babysittings facilités, des ballades et des bons repas. Notamment un vrai english afternoon cream tea. Le grand-père s’en rappelle encore, il paraît que la crème n’était pas mal du tout à BoycottFarm. Malgré un soleil timide et hivernal, les degrés nous ont cruellement manqués pour pouvoir faire une promenade dans la campagne aux alentours de Stowe.  Dommage. C’est beau là bas !  Stowe … un autre article à faire.

(nb: il s’agit d’une école privée très prestigieuse)

Suivi d’un Aller Retour à Cambridge. On part avec le soleil. On rentre avec la neige. 

A chaque visite cette ville enchante… Sauf quand c’est la période « hors saison » et que les services de l’entretien de la ville décident d’en profiter pour purger les égouts. Sympa mais il y a mieux pour se ballader. Il paraît que l’on peut s’habituer à tout. Moi, non … Alors dès les premiers flocons, autant se réfugier dans un vrai lieu emblématique de la gastronomie locale, sans tomber dans le cliché touristique, j’ai nommé le Fitzbillies.

 

Juste avant le départ des grands parents, nous avons célébré dignement the World Book Day. Comme on aime ce jour-là en Angleterre. L’excitation de préparer le costume, de le mettre et enfin d’espérer remporter le prix du meilleur ! Chose faite. Les idées, conceptions et réalisations commencent plusieurs semaines auparavant. Dès Janvier, on réfléchit aux personnages, puis on farfouille dans ce que l’on a et ensuite on fabrique ce qui manque version DIY-récup ! Pas besoin de rajouter beaucoup de commentaires devant les mines ravies. Le père est tout autant fier que les petits de ses doigts magiques qui font gagner des concours.

       

Donc en avant, « petit-déjeuner-histoire », tous costumés à l’école … avec la grand-mère, la joie et SANS le petit frère qui aurait bien voulu suivre.

Pour lui, ce sera pour l’année prochaine. Cette année, il avait eu le droit au chapeau de Cat in the Hat et disparaissait totalement dedans.

Pourquoi ne pas le déguiser en Oui-Oui en 2019 ? Ici, Oui oui s’appelle Noddy, qui veut dire « celui qui hoche la tête ». Pour une fois, il sera obligé de ne PAS dire non et ça nous changera un peu !

 

Le lendemain, re-neige et toutes les écoles de MK fermées officiellement.

  

Donc on passe en mode  au ralenti. Certains ont été plus dérangés que d’autres.

Mars est aussi l’occasion pour nous de suivre un projet pédagogique intéressant :

Faire pousser un Tournesol.

Le prendre en photo tous les jours pour voir son évolution.

 Pour le moment, nous n’avons que la promesse de la fleur …

  

 

Mais au fil des semaines, et même dans la journée on se rend compte qu’il tourne vraiment sa tête vers la lumière naturelle… Il cherche la lumière. On devrait faire pareil.

Mars c’est aussi une foule de fêtes :

  • nos 3 ans en Angleterre,
  • le  8 mars et un joli bouquet pour la journée de la femme,
  • la fête des mères / Mothers’Day,
  • une belle amitié avec la famille roumaine qui partage ses pâtisseries à l’occasion des fêtes orthodoxes.  Et ça fait toujours plaisir de manger des bonnes nouvelles choses.

Du coup, cette année, pas de gâteau d’anniversaire de déménagement vers l’Angleterre. D’ailleurs à partir de 2018, quand on me demande d’où je viens, ma réponse est « from Bletchley« … Zut à la fin, ça fait trois ans quand même et j’aime beaucoup la tête des personnes en face : « puzzled » qui ne savent pas trop si je n’ai pas compris la question, si c’est de la provoc ou quoi ! Et puis je rajoute toujours « but I am French » et là, visages rassurés (genre : c’est ça cet accent ! Je me disais bien aussi), la conversation peut continuer.

 

Fin mars = fin de trimestre dans une des écoles, évaluer les étudiants, jouer avec eux, pouvoir parler avec ceux qui se considéraient comme débutants il n’y a pas si longtemps… avec donc : la joie de se rendre compte des progrès des étudiants mais aussi la joie d’être gâtée avec un joli bouquet, d’avoir compté pour eux et espérer les retrouver au trimestre suivant (cf. les aléas du FLe).

Mars c’est également l’impatience de la nature et le soleil qui fait ses courtes mais agréables apparitions et on sort les jeux dans le jardin. On crie, rit et chouine ou pleure mais on le fait DEHORS ! Quel soulagement pour les oreilles et les nerfs maternels.

D’ailleurs en parlant de jardinage et encore de neige … A St Mary’s, depuis plus de deux ans, il y a maintenant un projet de longue haleine de réaménagement du cimetière – jardin qui entoure l’église. Entre autres  : déplacer les pierres tombales et se débarrasser des morceaux cassés, pour redessiner les alentours du bâtiment, planter des haies, aménager un sentier et des lieux apaisants, propices au repos et à la réflexion. Donc, durant deux samedis matins, nous sommes allés prêter main-forte aux hommes de l’équipe. Ah oui, car même les anglais, tout gentlemen qu’ils sont … sont aussi (un peu) machos parfois. Alors il y avait une blonde avec ses mioches qui déplaçait de la terre, grondait, rappelait à l’ordre, promenait ses petits dans une brouette pleine de terre et était recouverte de boue … au plus grand bonheur de tous et au milieu d’une équipe bien masculine. Messy Church revisitée, version utile.

La pub pour participer à ces journées ressemble à ça.

La réalité c’était plutôt ça 

 

Et puis, en Mars, Pâques is on its way et ça, ce n’est pas rien du tout ! Peu à peu on a autant de préparatifs qu’avant Noël, décorations comprises. Cette année sera marquée par la redécouverte de la pâte à sel. Si facile en fait, si on ne se trompe pas de farine. NB culturel : il faut savoir qu’en Angleterre on peut trouver de la farine self raising (avec de la levure), du coup, à  la cuisson, les objets ont tendance 1. à ne pas cuire 2. à gonfler et c’est rigolo.

Le résultat est sympa.

 

 

Notre arbre n’ayant pas de feuille ni de fleur … quelques gros œufs fluos rassemblés depuis trois ans, rendent un peu de gaieté au jardin … quand ce n’est pas le fouillis des enfants avec des cabanes géantes. A la fin de la journée, le poirier ressemblait à un champignon XXL recouvert de 1000 et 1 couvertures, tentures et bricoles.

 

Qui veut dire Pâques, veut dire Carême en Angleterre … Et jusqu’à présent cette notion pour la petite française protestante : c’était surtout une référence obscure à une coutume catholique. Or, dans ce pays anglican, le carême est une période spécifique pour les chrétiens mais aussi un fait culturel bien ancré dans les traditions. D’ailleurs, les deux premières années, je ne comprenais pas pourquoi les gens me demandaient « What do you give up ? » (A quoi est-ce que tu renonces ?) Ben rien, pourquoi ? … Parce qu’ici il est très courant de s’abstenir de chocolat ou alors « go vegan or 100%veggie« … Chacun fait sa sauce. Perso, à part renforcer le marché lucratif du gluten free, sugar free, fat free et j’en passe … je ne vois pas le but. Jusqu’à ce que l’on m’explique que c’est une période utile, un moment mis à part pour se rapprocher de Jésus, qui lui a renoncé aux tentations du diable dans le désert. Ok. Ok. Mais moi, française gourmande, je ne me vois pas abandonner le chocolat comme ça ! 

Par contre, dans notre groupe de quartier, une personne a mentionné un livre que l’on pourrait étudier ensemble. Un livre-étude spécifiquement conçu pour la période du carême, qui se base sur le dernier film des  Misérables (cf. celui avec Hugh Jackman, pas celui de Depardieu). D’ailleurs, « Les MIS » (prononcé Laisse Miss) sont, en Angleterre, ULTRA populaires sous la forme d’une comédie musicale. Vous avez tous déjà entendu Suzanne Boyle et son rêve …et bien c’est l’une des chansons phare de ce spectacle. Je viens de le comprendre récemment. Bref, je n’étais pas très chaude pour ce parcours à travers une interprétation anglaise d’une oeuvre française traduite et revisitée. Cela m’a poussée à découvrir l’œuvre, l’originale. Et c’est top franchement. Même si je suis loin d’avoir parcouru les 1303 pages, j’ai déjà avalé 10 ou 15 % du pavé … Et Hugo : quelle plume !

Qui veut dire Pâques, veut dire aussi Easter Bonnet … dans un domaine plus laïque ! Et alors, là c’est du grand n’importe quoi pourvu qu’il y ait du fluo, du pastel, de l’acidulé, des œufs, lapins, poules, fausse herbe (casse-tête à coller) pour le concours du meilleur chapeau / rigolo / joli ? On n’a pas encore compris quels sont les critères. Ce qui est certain c’est que cette année, il a fallu en faire 3 !

Pâques à l’école publique, c’est quelque chose.

 Emeric est revenu avec CETTE carte :

En plus de la visite de la pasteur des enfants lors des assembly, certaines maîtresses racontent carrément que Jésus est mort sur une croix.

Seul regret, dans notre expérience locale, il semblerait qu’il y ait peu de corrélations établies entre la Pâque Juive et Pâques… ou alors assez exceptionnellement… Peut-être que le fait qu’il y ait deux mots pour dire Pâque explique cela (cf. Passover / Easter). Du coup, il n’est pas certain que beaucoup de personnes comprennent l’image ou le symbole de l’agneau, en dehors des fermes pédagogiques qui organisent massivement des événements pour les enfants  : Lambing / Agnelage.

Durant la période pascale, pour attendre les chocolats, on apprend le coloriage fin. Au passage : « Merci à la grand mère »qui avait anticipé l’an dernier… Le résultat est sympa et puis on commence à cacher ici et là des petits détails au grand bonheur du petitout. Notez l’air malicieux de celui qui sait que quelque chose se prépare.

 

  

Mars est aussi et pour finir, Make Lunch mais là, ce sera le sujet d’un prochain sujet …

6 commentaires Ajoutez le votre

  1. MONIQUE dit :

    MERCI !!!!
    quel tourbillon …..

    1. Oui, tourbillon est bien la sensation dominante certaines semaines.

  2. Kolo dit :

    Bien ! On voit que la pendule ne doit pas être au ralentie chez vous !
    Merci pour vos News
    Guy

    1. En effet, au ralenti il faut y être obligé de temps en temps …
      Comme les siestes du dimanche, sinon on cale !

  3. Passalacqua dit :

    Un plaisir de voir votre vie et votre jolie famille. Avec tendresse à chacun.

    1. Je vous souhaite de belles journées à venir à nouveau …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *