Au pays des princesses

Effervescence autour des épousailles royales les dernières semaines. L’école s’en mêle et les enfants connaissent bien les noms des membres de la famille couronnée, ainsi que les anecdotes liées. C’est rigolo. Abi et Mic en parlent comme si nous les croisions régulièrement. Genre : « Maman, tu sais son papa ne viendra pas mais il s’est excusé !  » A 6h45 vendredi matin … Première, réaction mais de qui me parlent-ils ? Toutes sortes de préparatifs avaient lieu ces derniers temps, surtout dans les magasins poundland/ aroundthepound / poundstrech … Genre Baboo où toutes les décos très kitch sont accessibles aux petits porte-monnaie. Jusqu’à samedi matin je me demandais qui pouvait bien acheter ce genre de chose. Et puis, samedi matin, en route vers l’église pour participer à TKC (c’est un autre sujet), nous avons vu des drapeaux fleurir à droite et à gauche, flotter dans la brise légère et mettre une touche de bonne humeur générale.

N’ayant pas la télé chez nous, il était impensable de ne pas voir la cérémonie ! Avec ce beau temps et Seb qui travaillait : or de question de rester chez nous juste les 4 alors que partout en Angleterre, les gens se réunissent autour de street-picniques, garden BBQ ou fish and chips avec écrans géants. Il fallait vraiment travailler (et encore, Seb a tout suivi depuis son van) ou faire exprès pour ne pas être au courant de ce qui se passait entre 11h et 13h à Windsor. Tout le monde en parlait.

    

Du coup, nous avons rejoint une équipe d’amis de l’église et de voisins dans le foyer rural du quartier pour un repas organisé-désorganisé (ça dépend le point de vue), mal bouffe, sandwishs et scones à volonté.

ET devinez quoi ? Ben oui, la déco kitch était là ! Donc en résumé : tout le monde achète ce genre de déco pour se la jouer patriotique. Perso, on était tous en rouge / banc / bleu… BO uk de sortie

 

Perso j’avais fait une centaine de mini muffins : disparus. On ne les a même pas goûté : bon signe.

Au programme : les enfants se sont goinfrés et moi, j’ai eu 5 minutes de formation avant de me mettre à peindre des dizaines de drapeaux anglais / Union Jack sur les visages et avant-bras de tout un tas de personnes du quartier, sans trop souffler si ce n’est pour siffler un triangle au poulet-curry… Peindre non stop quand on ne sait pas peindre : c’est du défi perso (surtout en priant que Tris reste tranquille dans sa poussette pendant 2-3 heures). Le pauvre, c’est dur d’être « le petit ». J’entends d’ici la famille qui s’apitoie sur lui.

 

Puis ma collège est partie et j’ai dû diversifier mes modèles … avec cœurs, fleurs, monstre et Pepa Pig (je déteste et franchement ça ne ressemblait à rien au final). Le temps fort restera : le moment où une policière est venue me demander de lui faire un union jack sur la main ! Grand moment de stress, c’était le premier après m’être entrainée sur Abi et m’être plantée dans l’ordre des couleurs. On dira que ça fait des souvenirs. MAIS qui aurait cru que je peindrai sur une policière anglaise !!!

Mes gosses, mes meilleurs cobbayes.

 

L’atelier face painting n’était pas dans la pièce principale, donc nous avions la retransmission sur un ordi, manque de pot,  J’ai tourné le dos à l’écran pendant 3 heures, pour que les individus peints puissent voir LA princesse … « Simple » et superbe. J’ai pu apercevoir l’émotion du prince et percevoir les élans de voix du bishop américain. C’était l’essentiel. Un peu frustrée quand même, le soir avec Seb, on a tout re regardé !

 

 

En Bonus, pour les fans de belles tenues (Julie N. régale toi), j’ai trouvé cette vidéo là.

Bref, c’était une belle journée

   

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *