chasse au trésor …

Tout commence avec des échanges entre mamans : trouver des activités dehors, éducatives, intéressantes pour tout le monde malgré des âges différents qui composent une famille. Une chouette et dynamique maman de l’église avait testé le concept Treasure Trail pendant l’été. Ses photos m’ont données envie, le site est bien fichu, des options de chasses au trésor sont là, à moins d’une heure de route de chez nous, les prix abordables, les préparatifs minimes : il n’en fallait pas plus pour me convaincre. J’ai commandé le livret pour découvrir un village (market town) que j’avais seulement traversé avec les enfants pour nous rendre à Warwick en sortant des sentiers battus ou itinéraire de GPS bébête.

 

Une vingtaine d’énigmes à résoudre en marchant dans la ville. Faire marche arrière quand on ne trouve pas … Tâtonner, avancer, observer, réfléchir. Les sourcils de Seb sont froncés sur toutes les photos 😉 … On est censé retrouver l’endroit qu’un voleur aurait utilisé pour cacher un prétendu vase chinois acheter par chez un antiquaire de la ville. Va-t-on le trouver ? (le site nous assure que nous pouvons gagner un cadeau à la fin. Rien n’est moins sûr mais on y croit. C’est parti pour 2,5 miles.

Au dos du livret qui nous guide : une fausse carte avec des vrais noms de faux lieux. Un lieu, une étape ou un trajet entre deux donnent l’occasion de se creuser la tête, de jouer avec des lettres et de chiffres pour résoudre les jeux de mots. A chaque énigme on biffe un lieu de la carte … Il n’est censé n’en rester qu’un à la fin de l’aventure.

En chemin, on apprend. Seb forme les enfants à la fabrication de la bière, « ça c’est du houblon » …

Bien entendu, il en faut un pour croquer dedans ! By the way, cette plante est la cousine du canabis.

    

Parfois, la réponse est sous nos yeux et on passe plusieurs fois devant … quand la réponse est gravée là, sur une tombe on rit de l’avoir loupé. Et on poursuit. Vite vite vite, on avance. Une station de pompier, un pub, une sculpture, un bas relief, une peinture au sol devant une école, une plaque commémorative, un détail de déco sur une façade, une date sur un monument historique, une bouée de secours, un panneau d’info, un sticker sur un lampadaire ou une boîte de gaz : tout est prétexte et support pour trouver l’info dans des lieux incongrus.

   

Au bout de deux heures, on sent une sorte de faiblesse dans les jambes et les esprits. Pause méritée : en lisière de campagne : des ronciers-mûriers géants nous attendent à côté d’un pommier sauvage. Ils nous tendent les bras : servez-vous, c’est gratuit. Un goûter bienvenu pour recharger les batteries. Et c’est reparti pour la dernière ligne droite.

Le retour au centre ville signifie que l’on touche au bout.

Les troupes sont KO, Seb s’y colle pour la dernière étape. On pense qu’on a tout trouvé… On  atout presque tout biffé sauf deux. On réfléchit on tient le bon bout : la réponse… Ce soir, on regardera la réponse en ligne (quelle déception : on s’est trompé sur le nombre de cheminée sur un cottage). Pas de certificat, pas de récompense, pas de cadeau mais une jolie découverte et on recommencera dans un autre village des alentours. Objectif atteint : ils sont KO.

Un commentaire Ajoutez le votre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *