Moi ? non Jamais !!!

Fin de l’année oblige : petit bilan ? Alors, pas un bilan de l’année type lettre de nouvelles : « il a fait ça, elle est inscrite là, nous sommes allés là … » Non ! Tentative d’un bilan culturel. Il y a un peu moins de 4 ans, on ne pensait pas que certains us et coutumes rentreraient dans notre quotidien ! Et bien si, on se fourvoyait bel et bien !

La bouffe

Le plus évident des changements étant tout ce qui a attrait à la nourriture.

  • On a DIMINUE notre consommation de pain mais augmenté la quantité de sandwichs ! Comment cela est-il possible ? Peu à peu l’usage du pain se résume à celui pour les sandwichs alors une baguette au petit déj : c’est devenu LE petit plaisir rare.

D’ailleurs, de plus en plus, les vrais repas de midi cuisinés et équilibrés sont remplacés par des sandwichs ; Seb : quotidiennement, les enfants : très régulièrement et moi : de plus en plus. Alors est-ce mal ? Ou juste la preuve que ce « repas » sur le pouce trouve sa logique dans le rythme effréné d’une journée anglaise ?

  • On préfère toujours les sirops Teisseire : rassurez-vous ! Mais peu à peu le squash (pas le sport, la boisson) est rentré dans notre maison. Nous n’en buvons pas tous les jours mais une bouteille est « là », au fond d’un placard… au cas où. Moi qui pensait ne jamais acheter cette fausse boisson. C’est fait ! Obligé : pour pouvoir accueillir les goûters avec les copains…

D’ailleurs en mentionnant les goûters, le passage en Suède n’a fait qu’exagérer une tendance que nous adoptions déjà. Le week-end, à la place de 4 repas, on passe à 3  par jour, avec un « repas-goûter » (Fika). Donc, ce n’est pas rare qu’un goûter remplace notre dîner. … Et même le-dit repas du soir, se déroule de plus en plus tôt. De 19h, nous mangeons de plus en plus souvent à 18h et on peut s’attendre à ce que l’année prochaine (surtout en hiver), on sautera le sacro saint goûter français.  Carrément ! Et on mangera à 17h 😉 Sachez que pour nos voisins, ce n’est même pas tôt !

 L’Education

Alors en devenant maman avec Abi, en France, il y avait des principes de base auxquels on ne pouvait PAS toucher et bien avec deux enfants de plus et dans un autre pays : ce n’est pas toujours évident de maintenir le cap ! On passe pour des « asociales » ou des étrangers bizarres.

… ON ne joue PAS avec la nourriture. Non seulement mes enfants jouent désormais avec la nourriture mais c’est même moi qui, deux années consécutives, ai participé à ces ateliers avec la femme du pasteur.  Un comble et une douleur pour moi de voir beaucoup de produits gâchés ou gaspillés.

… ON ne loupe PAS les siestes ! Alalala : le sommeil c’est un sacré chapitre dans la vie des parents. Dans un pays où il est si peu commun de faire la sieste. Faire accepter que certains de nos enfants peuvent dormir entre 13 et 15h par 24h : ce n’est pas toujours si bien accepté ! Alors parfois : on fait sauter ! Aïe ! Zapper la sieste : c’est terrible … Par contre, les anglais n’ont pas de problème à coucher leur progéniture à 19h, alors on commence à imiter ! Et bien oui, on mange à 17h30 ou 18h, 19h, c’est normal pour dormir.

… ON ne crie PAS. Au pays des Pantomimes (spectacles de Noël interactifs avec le public) où les cris font partie des codes de bases : dur de faire comprendre à la progéniture que Crier n’est PAS le seul moyen de communication. La preuve en images, on crie tous …

Nos voisins nous on dit que nous devenions des « vrais parents » anglais car la devise est « In Doubt : Shout » (Quand tu ne sais pas , crie)! Ah bon ? Je ne sais pas si ça me fait plaisir de découvrir cela mais ce qui certain c’est que nos voisins nous entendent autant que nous les entendons !

Le langage

20 ans après mes cours d’anglais de 5ème ou 4ème, je comprends enfin que les « Question Tags » et les modaux (would en l’occurrence) sont en fait des preuves de politesse dans une conversation. Exemple extrait d’un échange avec la babysitter.

  • How were the kids tonight?
  • Oh, your kids were really nice.
  • Were they ?
  • Yes : they went to bed brushing their teeth … not screaming at all !
  • Oh, weren’t they ? Good for you.
  • You wouldn’t mind if I give you a lift back home, would you ?
  • Oh thank you very much, I would appreciate it a lot.
  • Would you ?

and so on !

Je viens de comprendre que l’équivalent des « questions tags » en français pourrait être « vraiment ? » ou  « n’est ce pas » ? Bon ben ça veut dire que je fais des progrès dans la langue de Shakespeare mais j’aurais pu le piger plus tôt. Je connaissais leur structure et leur sens mais j’ai acquis leur rôle social dans une conversation et ce n’est pas rien !

A cela s’ajoute une foule d’expressions et de nouveaux mots auxquels je ne prêtais pas attention avant car je me focalisais sur le sens global et maintenant … c’est en cours d’acquisition. Là, la liste est longue et je n’ai plus peur de demander d’épeler ou d’expliquer des nouveaux termes ou de l’argot.

Le must ? L’évolution la plus inattendue et spectaculaire ? C’est celle des enfants (qui font tous leurs devoirs au crayon à papier et on trouve cela normal maintenant) mais quand même… Bilingues. Oui, ils le sont, les trois à des niveaux différents.

Bizarre de se rendre compte que nos petits ne sont pas capables de faire ce genre de productions en français !

Le Comportement

Quand entre la politesse et l’hypocrisie la limite est très fine … Ce qui pourrait être pris pour de la bienveillance, ne l’est pas vraiment ou pas toujours. On a découvert cette année la notion de « white lies ». Par exemple, on est invité, le repas servi ne plaît pas ou n’est pas au goût de tous (encore de la bouffe), on ne peut pas dire que l’on n’aime pas, n’est ce pas ? Et bien on a recours à un « petit mensonge » pour ne pas blesser l’hôte. On se rend compte que les gens ont beaucoup recours à ce procédé et ce n’est pas toujours évident de discerner entre un franc compliment et un petit mensonge poli ! Mais notre fille m’a prise en flagrant délit de le faire moi-même l’été dernier, je suis cuite !

Notre calendrier a changé. Non pas seulement le look mais l’organisation d’une année, qu’elle soit civile ou scolaire d’ailleurs ! En vivant ici, vacances et jours fériés changent ! Et ça y est on parle avec facilité de « Bank Holiday » de « Term » et « Half Term ». C’était si étrange pour nous il y a quelques années. Et puis il y a des nouvelles traditions et celles autour de Noël ne sont pas des moindres !

Nous avons découvert et accepté « Christingles » et « Xmas Carols ». Cette année, nous venons de tomber sur la chasse à courre de Boxing Day… On n’a rien compris ! Alors que nous étions dans notre propre chasse au trésor : des groupes d’aristo en tenue de campagne mais dans des belles voitures se pressaient et se rassemblaient ! Pour … ? Une chasse à courre … bien que la pratique soit officiellement interdite par loi, ce jour-là, plus de 60 lieux (selon Horses and hounds) dans le pays rassemblent des fanas de chevaux, de chiens et de renards. Aucune preuve que des renards soient vraiment tués car il semblerait que les chiens et chevaux suivent des traces olfactives artificielles, mais la pratique du cortège perdure et n’est pas prête à s’éteindre vu le jeune âge de certains cavaliers.

Et puis, dans notre agenda, on rajoute peu à peu les dates en lien avec la royauté : mariage, anniversaire, jubilé, bébé … tout y passe et les enfants connaissent les têtes couronnées par leurs prénoms.

Dans les comportements bizarres, il a aussi « Jouer sous la pluie » / la seconde version étant « jouer dans la boue »… où est le problème ? C’est désormais acquis ET normal pour ne pas devenir fou à l’intérieur !

Et puis enfin il y a la conscience de devenir patriotique sans trop savoir ce que ça veut dire. Quand ta fille te dit : « I’m proud to have a french passport » en anglais dans le texte. Il y a de quoi se questionner quand même.

 

LES Achats
  • Nous n’avions jamais vu l’utilisé d’un petit pot à lait. Après maintes réunions pour préparer Church Week-End Away, plus des visites de vrais anglais, mon stress pour préparer du thé à une anglaise ou à un anglais ne diminue pas. Pour me donner bonne conscience et faire preuve de savoir vivre : l’achat de le-dit objet s’est imposé de lui-même.
  • L’épicerie du coin est devenu le Tesco Express.

  • La réconciliation avec  NHS  n’est pas encore démarrée et quand il faut payer 17 pounds pour 2 médocs qui seraient remboursés par la sécu en France, on a bien envie de faire comme les locaux : aller à la grande surface la plus proche ou Boots et se débrouiller tous seuls comme des grands / Auto médication c’est presque synonyme de « Mieux SANS les docteurs ».

Une chose qui ne change pas : nous sommes TOUJOURS étonnés du libéralisme, de la politesse et de l’honnêteté des gens vis à vis de l’argent. Donner des pièces à toutes les collectes, c’est normal. Nous, ça nous surprend. Rendre une pièce qui tombe par terre (et ne pas la garder pour soi), c’est normal. Rendre des sommes appartiennent à autrui, c’est normal. Cet été, 3 cartes de crédits + 80 pounds égarés dans cette fête foraine au bord de l’eau. La semaine suivante, TOUT m’avait été restitué. WAOUH.

 

 

Allons-nous adopter de nouvelles habitudes en 2019 ?

WAIT and SEE to READ.

Un commentaire Ajoutez le votre

  1. Brandt dit :

    Je me retrouve tellement dans tout ce que tu dis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *