Brexit 7 : le trou noir du Royaume Uni

Tout le monde en parle et la plupart des personnes ne l’ont pas vu !

le 29 MARS 2019 : C’était hier  … et puis : Rien ne s’est passé. Vous n’y comprenez prou ou pas grand chose ? Nous non plus. Alors une amie et son mari impliqués politiquement ont pris le temps et les mots simples pour clarifier certaines choses car nos enfants ne sont pas sourds et leurs questions s’ajoutent aux nôtres.

Pour ceux qui comprennent l’anglais, un récap’ dans la langue de Shakespeare rapide et avec des pointes d’humour. Ce n’est pas très tendre envers les dirigeants du pays mais c’est un résumé des incohérences et erreurs commises ces dernières trois années suite à des envies de radicalisation (parfois dangereuses).

Les questions de nos enfants, ça ressemble à ça :

  1. Qui a inventé le Brexit ?
  2. Est-ce que la France et le Royaume Uni resteront amis après le 29 mars ?
  3. Est-ce que les « pas anglais » auront le droit de rester en Angleterre ?
  4. Comment le Royaume Uni peut-il quitter l’UE alors que c’est déjà une île avec de l’eau tout autour ?
  5. Est-ce que la famille Deleuze a le droit de partir en vacances et revenir chez nous à MK ?
  6. Qu’est ce que ça veut dire « Brexit » en fait ?
  7. Qu’est ce qui va se passer le 29 mars ?
  8. Est-ce que l’on pourra fêter l’anniversaire d’Emeric même si c’est après le 29  ?

Me sentant un peu submergée par ces vraies questions, ma chère Charlotte est venue à mon secours avec des mots d’enfants mais il a fallu encore expliqué la différence entre Tory / Labour ainsi que le concept « d’influence » … Emeric a demandé dans quelle équipe nous nous placions … Pas évident d’expliquer que l’on est pas obligé d’appartenir à une seule « équipe » et que parfois on ne partage pas toutes les idées d’un parti.  Il a conclu qu’il n’aimait pas du tout les extrémistes qui ont influencé les tories … J’aimerais avoir sa simplicité de synthèse parfois et que du coup ils étaient les « méchants » et qu’ils devaient trouver une solution.

Les gentilles réponses de Charlotte :

1.  The Tory government was goaded into having a referendum in 2016 by an extreme part of the party and the press who wanted to blame the EU for everything that goes wrong in Britain.

2. Yes, definitely ! We will stay friends.

3. Not absolutely everybody will be able to stay but those who have good reason to stay will need to apply. Your family will be fine.

5. When politicians talk about leaving Europe they mean in terms of being part of the European parliament and trading agreements. Britain is currently part of the 28 European countries that make up a union of friendship group who decide things together. Brexit means Britain would make their own decisions without having to agree with and follow the rules of the other 27 countries. is currently trying to decide on the withdrawal agreement. Terms will then be discussed.

6. BRitain EXITing or leaving the European Union. Just a short way of writing it.

7.  Last week the 27 EU countries said Britain could have until April 12th to agree a withdrawal agreement. If they do that they have until 22 May to agree what it should say. The EU has parliamentary elections on May 23rd so Britain has to hold elections together or leave by then. Leaving will not be on a physical sense but to do with laws and trading agreements.

Dur d’expliquer que quitter l’Europe ne signifie pas (encore) un déplacement / déménagement … qu’il s’agit d’un processus politique légal et gouvernemental, que cela va prendre des années et des négociations … Heureusement, une collègue du boulot m’a rappelé un moyen sympa et ludique avec un jour une actu d’aborder le sujet :

A la radio le sujet revient encore et encore à chaque flash info, en éditions spéciales, en reportages, interviews : toutes les formes. Les entreprises sont inquiètes, les licenciements sont réels. Nos voisins : anglais et non anglais partagent ces sentiments d’incompréhension, d’incohérence et d’inquiétude. Même notre sénateur l’exprime dans sa dernière lettre de nouvelles :

« 42% des sondés ont constaté un ralentissement de leurs activités depuis le référendum de juin 2016, tandis que 38% ont réduit leurs investissements au RU depuis 2 ans. Désormais 42% des sondés sont prêts à déplacer leurs activités hors du Royaume-Uni. »

Ces derniers jours, une pétition nationale a été signée par près de 6 millions de personnes… pour révoquer l’article 50 et annulé le Brexit  ! Samedi dernier 1 million de personnes se sont retrouvées à Londres pour montrer leur envie de rester européen, même mon étudiant vénézuélien y était … on ne peut pas dire que rien de bouge.

 

Alors on attend, on espère et on prie pour un dénouement paisible avec des propositions censées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *