Comme autrefois

« Ah ben c’est comme avant, on n’a qu’à faire comme autrefois : tout avec du bois, du verre ou du métal ! »Comme ça, ça a l’air simple.

C’est le résumé d’Emeric (6 ans) suite à notre présentation « de parents » quand nous avons abordé le sujet de réduire nos déchets et en particulier le plastique. Nous pensions avoir une conscience écolo. Ben oui, Seb était passé par Arocha, moi par le Mirail … (ironie) Pourtant en discutant avec deux amies à plusieurs reprises en 2018 (Merci Emeline et Helen), nous nous sommes rendus compte … être loin du compte. Les vidéos et les photos choc publiées sur réseaux sociaux ont fini de nous persuader. Comme l’explique Marion Couvreur du blog « les escargots à vélo« , nous aussi nous ne partons pas de zéro en termes de gestes  conscients mais depuis début février nous sommes passés à une vitesse supérieure. On va lentement mais surement pour préserver nos nouvelles habitudes et il reste encore du chemin à parcourir… Surtout en Angleterre où TOUT est sous plastique ou ultra emballé, genre le concombre ou les kiwi !

On est parti de …
  • Tris sélectif déjà en route mais pas toujours fait en réfléchissant,
  • Avoir un stock de bicarbonate de soude (sans savoir comme l’utiliser),
  • Pas d’achat de bouteilles en plastique (exceptionnellement et voyage et encore),
  • Pas d’achat de repas déjà prêts,
  • Faire notre pain nous-mêmes de temps à autre. La dernière recette, de notre amie Anna est juste parfaite ! 

  • Avoir une poubelle à compost dans le jardin (utilisée : parfois),
  • Finir tous les restes de nourriture, ça peut paraître bête mais aller vers le 0 déchet c’est « ne pas gaspiller » et donc on commence par l’assiette.
  • Faire beaucoup d’achats en charity shop ou ebay ou le bon coin : vive les objets qui ont plusieurs vies !
  • Garder les enveloppes et les cartons des colis pour les réutiliser, 
  • Conserver les rouleaux PQ pour les écoles,
  • Utilisation des bouteilles en verre,
  • Ramasser les déchets de notre quartier avec les copains,

  • Cadeaux de Noël emballés dans un papier craft marron / recyclable,
  • Goûters intelligents (peu d’emballages) / fait maison…
  • Lingettes bébé lavables offertes à la naissance de Tristan qui ont réduits mais pas remplacé l’utilisation des lingettes jetables.

Les collectes régulières avec le petit dernier dans les rues qui entourent notre quartier me font penser à un hamster dans sa roue : c’est sans fin ! Aucune amélioration ces derniers huit mois. Comment faire prendre conscience à nos voisins de l’urgence du sujet / de l’importance du respect de notre environnement ? Ce petitou, il devrait avoir une médaille du meilleur collectionneur de bouteilles vides 😉 !

 

La mairie a participé au grand nettoyage de printemps lancé dans toute l’Angleterre … Une heure de ramassage. Nous étions une vingtaine pour remplir la remorque de ce pick up … C’était il y a 3 semaines et aujourd’hui,c’est comme rien ne s’était passé ; notre parc est à nouveau dégueu, jonché de détritus en tous genres mais surtout de canettes et emballage de snacks.

Bon tout ça, ne me semblait pas suffisant … juste du bon sens / du respect / la vie normale. Alors que faire de plus, on a du plastique partout partout partout et on en jette beaucoup beaucoup beaucoup trop !

Alors on a commencé par quoi ?

Parler avec nos amis. Au début, ça semble un peu extrême, définitif ou un retour dans le passé. Du coup, on a fait comme si on oubliait. On a laissé mariner. Puis on est allé en Suède et Là : la conscience écolo ; elle a un sacré niveau. Le PQ dans les lieux public c’est du papier recyclé ! Alors avant Noël, la décision était prise de faire des petits pas puis on a évalué le contenu de nos poubelles. Certains les vident d’un coup d’autres les prennent en photo. Regarder des vidéos de la famille zéro déchet nous a motivé et surtout encouragé les enfants.

 Le plus facile à mettre en place : le compost systématique de toutes matières organiques. Encore du boulot … il reste du plastic dont on pourrait se passer chez nous début février !!!

ETAPE 1: plus de gel douche ni de pousse mousse / remplacé par du savon. Facile. Oui mais du coup, on avait besoin de porte savon PAS en plastic, direction un menuisier du coin qui nous en a fait en cerisier, sur mesure, jolis comme tout. On dirait deux gros boutons. Compostables quand ils seront pourris.

 

ETAPE 2 : plus de lessive / remplacée par des graines utilisables 4 à 5 fois puis compostables.

  

Puis dans le désordre on a effectué une série de changements ces deux derniers mois: 

  • Le déo : avantage fabriqué localement, emballage recyclable … efficacité : pas top …

  • Le PQ

On a craqué … on a succombé à la grande mode du PQ bamboo dans un joli emballage papier coloré avec des blagues.

 

 

  • Les brosses à dents en bamboo (qui ne viennent pas de Chine !) mais pas le dentifrice. Pas encore.

 

  • Les cotons démaquillants : plus de coton rond / remplacé par des cotons lavables

  • Les shampoo : on est partagé… plus de couleur pour la mère mais des masques à l’huile d’argan… Merci le voyage du frère au Magrheb… Et encore des bouteilles de shampoing à finir. Du shampoing en pain de savon. Efficacité à prouver encore. 
  • Les courses

Désormais on fuit ça :

Et on cherche ça : 

Au point où parfois je refuse de prendre un légume car il est dans du plastique. Le plus difficile étant de trouver des concombres ou de la salade par emballés !

Faire les courses différemment est lechangement le plus important dans la logistique : Aldi / Asda / primeur Hunters / Refill Market / boucher / laitier.  Au lieu de tout en faire en 1H30 par semaine, il faut maintenant une bonne grosse matinée ou étaler tout sur la semaine : une autre logistique… Les nouveaux bons réflexes:  se balader avec un tote bag sur soit, faire ses courses en anticipant les contenants, sacs et boîtes, boîtes à oeufs (que je ne jette plus), refuser les sacs et emballages et expliquer : toute une démarche !

Le boucher joue le jeu et s’en amuse : « Ah oui, la française : elle ne veux pas de plastic celle-là ! »

On n’a plus de ces grosses bouteilles de plusieurs pintes. Désormais, on a des petites bouteilles jolies livrées trois fois par semaine. Notre consommation est complétée par des briques UHT. Le système n’est pas parfait mais il permet d’équilibrer le budget lait d’une famille de cinq.

  • Les substitutions

Dans la liste des substitutions, on a aussi beaucoup de remplacements de produits : privilégier les emballages de verres, de papier et de boîtes de conserves au lieu des sachets plastic : les bouteilles d’huile, les flocons d’avoine, le peanut butter, sauce soja, sauce piquante … mais beaucoup de bouchons sont en plastique ! Et l’huile de tournesol n’est pas dans du verre 🙁 .

Les tonnes de petits paquets de gâteaux ont disparu de chez nous. Nous avons désormais une boîte de 1,3 kilo de biscuits brisés. Pratique pour les goûters, les cheese cakes de trois enfants qui dévorent. Tout aussi bons et vachement plus écolo-économiques. Une grosse boîte en cartons + un sac plastique utilisable pour la poubelle des WC. Le top.

Substitution plus discrète : Google vs. Ecosia (https://www.ecosia.org/)… jusqu’à présent, j’aurais contribué à planter 8 arbres…

Prochaines étapes

Il reste du boulot encore : les mouchoirs, les cotons tiges, le dentifrice, les yaourts (il va falloir s’y mettre pour les fabriquer), les produits d’entretien, surtout WC et produit vaisselle.

  

On a hâte de retourner à PYO pour ramasser nos propres fruits et légumes. Et on va lancer une boutique sur Etsy  » D2F » (doigts 2 Faits) pour vendre les sacs (Totebags) … très bientôt… que fabrique Seb depuis 4 mois. Qui en voudra ?

Et vous ? Vous faites quoi ? Comment face aux kilos de déchets-plastique … ? Vos bonnes idées sont les meilleures !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *