le 23 avril 2017

Voter français le jour de la Saint George (souvenez-vous) : ce n’est pas banal quand même.

Bon quand on est français et que l’on vit ailleurs, certaines démarches citoyennes sont un peu différentes que lorsque l’on vit dans l’hexagone. On s’en doute. On a déjà eu les épisodes : déclarer une naissance, renouveler ses papiers d’identité et exister aux yeux de la France … Alors voter est aussi différent. Vu qu’une démarche de procuration est aussi complexe que voter soit-même car dans les deux cas il faut aller à Londres : autant se déplacer et voter carrément. Cela revient à un cours d’Educ Civ en live !

En « bons » français, il est de bon ton de  s’inscrire auprès du consulat dès l’installation dans le nouveau pays « d’accueil » ET sur les listes électorales. Dans notre cas, je n’avais fait pour notre famille QUE la première démarche. Lors d’un A/R à Londres, un secrétaire du consulat s’était un malin plaisir à me gronder comme une enfant car nous n’étions pas inscris sur les listes électorales. Au 31 décembre 2017, c’était chose faite. Ces dernières semaines nous avons reçus moults emails de la part des partis politiques, des candidats (lettres, vidéos = la totale de l’info) mais un peu au dernier moment. Et puis, au retour du Tour de France ( et ), nos convocations + bulletins de vote + programmes des candidats nous attendaient sous la porte …

Alors il faut apprendre à voter différemment, voyez-vous mêmes.

https://uk.ambafrance.org/Jour-du-vote-le-Mode-d-Emploi-en-video-26714

Donc, RDV à Wembley, en face du stade immense : dimanche 23 avril à Londres avec des milliers d’autres français. Certains ont eu jusqu’à deux heures d’attente pour voter. Mais nous n’avons PAS écouté les recommandations « sans poussette » et du coup, nous sommes passés prioritaires : TROP cool. Le processus lui-même nous aura pris le même temps que d’aller à l’école ou au gymnase d’à côté. Par contre, le bouchon dans Londres et les 2h30 de route : ça nous change un peu quand même.

Rien ne paraît étrange sur ce mur ?

En zoomant, surprise, l’affiche de Marine Le Pen n’y est carrément pas ! Bon, le but du blog n’est surtout pas de parler de politique (bien que la pilule ait du mal à passer au lendemain des résultats) … mais que l’on soit partisan de Marine ou pas ; elle a le même droit d’apparaître dans l’affichage public que les candidats ! Non ? No more comment !

La zone était sous très haute surveillance … Le même WE : marathon de Londres, parade de la St George (et oui), match à Wembley et les éléctions … Du coup, on a eu droit à l’hélico qui planait quand nous étions dans le bouchon de voitures : étrange impression.

Bon, nous avons profité du fait de devoir récupérer au « parking de poussettes », le véhicule de Tristan pour faire un goûter dans la cours de l’établissement, avec les muffins énormes vendus par l’association des élèves du lycée Winston Churchill. Voilà, notre frenchie habillé aux couleurs de la Colombie (watch out the socks) a fait son éducation civique pour la première fois. Les parents ont accompli leur devoir et les grands ont appris à voter ! Les élèves du lycée guidaient les votants. Elections très bien organisées, attente fluide pour ceux qui n’avaient pas le accès au passage prioritaire.

 

Et puis on a profité des célébrations de la journée en faisant un crochet par Aylesbury ! Mélange des joies de la journée … découvrir et redécouvrir la légende du dragon de St George + piquer des idées pour le prochain annif !

 

        

D’où vient le Muesli ?

Depuis un moment, pendant les repas, nous avons droit à : « Comment on fait … ? » Cette question peut aussi bien s’appliquer au peanut butter, à la purée de butternut au pain ou aux céréales du matin. Voilà qui tombe bien ! Lors de la dernière visite des grands-parents Ferrand à l’automne, la Ninou avait repéré que le Moulin Jordans’ (Muesli) se trouve non loin de chez nous en direction de Cambridge. Rigolo ! Moi qui étais  persuadée que ces céréales venaient des US ! Je suis tombée des nues quand j’ai pigé qu’il suffisait de faire une petite heure de route pour le découvrir… et en plus : sa visite est gratuite ! Le top pour une nouvelle virée en famille sur la journée. En plus, le soleil nous y a accueilli. Le top du top.

C’est parti pour un petit tour du propriétaire … Bon juste que les choses soient claires : dans CE moulin-là, était fabriqué la farine. C’est maintenant un musée et le muesli jordans’ est fabriqué en usine plus loin et là, ce n’est pas visitable. Enfin, on a quand même pu comprendre un peu mieux un domaine que l’on ne connaissait pas, celui des meuniers et minotiers…

Plus précisément les meuniers William Jordan de père en fils jusqu’à William le 6ème dans les années 70. Il était beau gosse (à l’époque). C’est maintenant un vieux papi ! Alors, le joli moulin que l’on voit sur les boîtes c’est celui-ci. Mais il n’est pas sur une colline. Et ben non ! Il faut quand même qu’un cours d’eau fasse fonctionner les roues et engrenages,non ? (un affluant de la Great Ouse, découverte l’été dernier).

 

Il faut avouer que le cadre est pas mal … vue du dernier étage !

A l’intérieur, on découvre, entre-autres qu’un grain de blé est « emballé » plusieurs fois que sa balle à plusieurs couches et on comprend maintenant le nom des céréales « all-bran », autre version de blé complet wholemeal et whole wheat … Enfin, il doit y avoir une subtile nuance, mais elle m’échappe encore.

A chaque étape on comprend un peu mieux 1. l’importance de la force de l’eau 2. l’enchaînement des engrenages 3. qui étaient les WilliamSJordanS and SonS … et au final, une vidéo de récap’ qui permet de bien visualiser les étapes de la fabrication de la farine. NON, il ne faut pas « juste écraser » du grain. Bon, ça a l’air évident dit comme ça mais à ré expliquer : pas sûre que j’y arrive. Certains étaient passionnés, d’autres moins …

  

Certains voulaient juste retourner à l’air libre et voir le ciel bleu. Alors on a fait le tour du jardin potager (en hiver, il n’y a pas grand chose mais c’était joli) et de la mini – prairie…

Pour faire avancer les enfants, comme au musée quelques jours plus tôt : nos deux grands reçoivent leurs passeports « Let’s Go Wild » et  en avant à la recherche de troncs d’arbre … Le but : trouver 6 plantes puis trouver 6 animaux. Une fois les douze récoltés, une vraie récompense à la clé, pas juste un coup de tampon ! Un badge. Un vrai de vrai. Alors c’est reparti … L’avantage, les enfants avancent. L’inconvénient, ils ne regardent rien d’autres. 

Bon, certains étaient plus faciles que d’autres …

Et puis on est dehors, au ralenti (presque), les GPs sont ravis (enfin ils semblent), le père a pris sa journée de congés, le minus dort dans l’écharpe, le parc n’est pas immense, alors on peut écouter les alouettes et espérer voir un hérisson ?

Non ? Bon alors entendre un pic vert … Non plus … Bon alors regarder les six moutons.

C’est sans compter les bouderies des aînés, les cris et interpellations… Alors les GPs se mettent à leur hauteur et se prêtent aux jeux

 

 

11h30 : les estomacs de tous se réveillent. On ne reste pas là, au café-cafet’-bruyant-plein-de-gosses-braillants-pas trop-(bien) élevés … Alors on vise un Pub, the Guinnea. Charmant certes mais complet. WHAT ? Un jeudi midi ? Bon allez on ne se démoralise pas et direction Frost (Jardiland local) avec sa cafet- fake « made in uk » mais mignonne pour qui aime la porcelaine anglaise, les roses et les fanions … (le kitch local dirait ma sœur). Repas light sous la véranda, autant dire que l’on n’a pas eu froid.  Et dire que l’afternoon tea est à 17 pounds par personnes ici !!! Je ne sais pas si on se (re) frottera à cette tradition qui nous semble étrange … Quand on est invité, c’est top mais quand il faut payer cela peut s’avérer décevant.

BON APETIT !

Chez Rothschild … pour de vrai !

Non pas dans sa demeure ni son palais mais dans son  « caprice » …  Lord Lionel Walter Rothschild a vu son caprice, ouvert au public depuis plus de 150 ans : son Musée zoologique à Tring…

Après un premier passage éclair en après-midi (fin janvier) nous y revoilà ! Lors de notre première visite, nous avions tout vu, sans se rendre vraiment compte de la quantité d’espèces représentées, ni même en faisant les parcours pédagogiques proposés. On avait « juste » joué naïvement dans le brouhaha généré par des dizaines de familles avec des enfants en bas âge ! Tout voir, courir d’un animal à un autre, s’effrayer devant certains, s’attendrir devant des « bébés morts », et se déguiser : cela avait suffit !

De retour cette semaine pour profiter des activités péda dans le musée avec les grands-parents à la rescousse pour aider et pour se faire « dorer » au soleil dans la nature environnante.

Dorer, c’est vite dit quand le thermomètre ne dépasse pas 7 ou 8 °C.

 

W. Rothschild, héritier des gros banquiers, famille milliardaire européenne : oui celle-là même, a vécu non loin de Milton Keynes, à 40 minutes … Ne voulant pas trop devenir banquier lui aussi, il s’est fait offrir, à ses 20 ans, par ses parents un musée vide et a passé sa vie à le remplir d’animaux « avec de la paille dedans » (version Emeric). Démarré par une collection d’insectes et d’oiseaux endémiques … le musée s’est étoffé au fil des ans suite à des transactions financières et des expéditions fort onéreuses à travers le monde …

Un peu fou le type quand même, non ? Son passe-temps rigolo : déguiser des puces. Oui oui oui !

La richesse de ce lieu est l’accumulation d’espèce en grand nombre mais aussi la présence d’animaux d’espèce disparues… comme le dodo.

D’ailleurs, durant les vacances scolaires, qui ont lieu début février, une exposition temporaire sur cet oiseau étrange était à disposition.

Jouer aux explorateurs-archéologues … et découvrir des fossiles ! Aussi vrais que nature … L’illusion est réussie, ça fait al blague comme disent les québécois ! Un des exercices qui nous a beaucoup plu  : dessiner à l’aveugle, comme si nous étions un ou deux siècles en arrière, que les photos n’existaient pas trop ou que cela était pas aussi facile que d’avoir un smart greffé à bout de bras. Voilà comment on faisait : on dessinait …

Il a fallu une grande patience aux grands parents … mais les 2 circuits ont été faits !

 

    Puis, direction le « parc » … qui est en fait la propriété sur les collines environnantes …

Alors on se prépare et la chasse aux empreintes est lancée. On ne pensait pas si bien dire en cherchant les empreintes : de la boue partout !!! et des empreintes par centaines de milliers ….

Dans tout  cela, il y en a un qui était bien pépère !

  

Bon, elle est belle la nature anglaise, sous un ciel bleu mais quand les ombres se rallongent : il faut rebrousser chemin, reprendre des forces et préparer de nouvelles aventures et faire des nouvelles découvertes.

Beat the streets / Arpentons la ville !

Bon, chez Deleuze on a déjà l’habitude de marcher, d’aller en forêt, de faire des tours de lacs, de parcs et de quartier … la preuve : on va à l’école par tous les temps : à pieds… peu importe la météo et il faut avouer que quand il pleut : c’est nul, malgré les jolies bottes anglaises. Bon on nous a offert une nouvelle poussette super : ça aide au point que les grands se disputent les « tours de poussette » 🙂

Avec les 50 ans de la ville de MK, les initiatives se multiplient. Notamment, l’association des parcs de la ville qui cherchent à motiver les habitants à arpenter la ville en marchant … L’école d’Abigaïl s’est jointe à une autre campagne visant à faire bouger les enfants. : https://www.beatthestreet.me/miltonkeynes.

L’idée est simple : chaque élève a une carte magnétique + une carte de la ville. Dans la ville une centaine de bornes sont installées.

Comment ça marche ? A chaque passage devant une borne : les kilomètres, ou plutôt les miles effectués entre deux bornes (en moins d’une heure) sont enregistrés… Bien entendu ceux qui en font le plus recevront des cadeaux.

 

Du coup ce week-end, on s’y est mis. Direction un joli lac pas trop loin de chez nous. Et puis on y va tous … y compris Tristan dans sa poussette ! Il ne pige pas grand chose à l’aventure mais on moins il emmagasine de la vitamine D avant la pluie de la semaine, il voit le ciel, les animaux, la lumière qui se reflète sur le lac … entend les grands hurler, rire ou se faire sonner les cloches !
(Les cloches c’est une nouvelle activité testée mais ça c’est une autre histoire, gardons-en pour une autre fois, n’est pas ?)

 

 Bon, le tour qui aurait pu prendre 40 minutes a bien duré une heure … merci les parcours de santé éparpillés tout autour qui ne fait que rallonger le plaisir. Et on n’était pas seuls autour du lac : des dizaines de coureurs (genre marathon), des « avironnais » : des rameurs d’aviron … « Pourquoi ils vont à l’envers sur ce bateau ? » et puis surtout d’autres familles qui testent le produit « beat the streets ».

 

Première expérience du concept : à refaire … dommage qu’il n’y ait pas beaucoup de bornes autour des lieux sympas comme celui-ci, les bornes étant surtout dans les rues de la ville on va aller respirer les pots d’échappement des vieux bus de notre ville pour gagner des points ! Les enfants ont pigé que toutes les bornes ne sont pas toutes cachées dans des lieux  aussi beaux. Du coup, l’aprèm’ direction la forêt avec pour seul but : « se crader » dans de la boue bien collante. Et qui va éviter ballade-parcours du combattant … je vous le donne en 1000  ! C’est ce beau gosse .   

A la plus grande joie des 3 : nous nous sommes retrouvés presque bloqués, vive l’aventure. Là, je pense que Tristan a vécu quelque chose ! Impossible qu’il ne se soit rendu compte de rien !

Tout ça pour aller jouer sur l’arbre-bateau-de-pirates dont Emeric nous parle depuis plusieurs semaines. Chaque samedi matin, « on peut aller à la forêt des pirates et faire du tambour sur les troncs ? » C’est fait ! On y retournera au printemps, d’ac ?  Ou alors la prochaine fois, il faut que j’achète des cuissarde de pêche pour pouvoir suivre le rythme des péripéties. Aller prochain projet Ulule : financer l’équipement de la mère  !

 

Bon, on est quand même resté jusqu’à la tombée du jour !

 

 

 

Et Dire Qu’Il Y En A Qui Était  Pénard Comme Un Canard … (presque)

Exister sur les papiers Etape 4 – 5

Encore un A/ R sur la capitale.

dscn9272dscn9273On est bien rentré et tout s’est bien passé à Londres avec un ciel magnifique on a retrouvé nos drapeaux au « 21 Campbell Road » et un « catch up » sympa avec la belle-soeur.

Pas trop froid malgré des températures négatives car  consulat et  métro sont surchauffés. Au consulat, cette fois j’ai eu à faire à des gentils-compétents. Oh comme ça fait du bien ! Des fonctionnaires humains et qui font un peu de zèle (enfin, leur boulot quoi). Du coup, on a « tout », il ne manque que le passeport dans 10 jours. C’est à dire acte de naissance « à la française » + inscription dans le livret de famille (ce qui devait prendre 5 mois, a pris 10 jours) + demande de passeport, RDV qui dure quand même 30 minutes.

dscn9271

C’est bon, Tristan existe et il est français. 

En rentrant je me suis arrêtée à la fromagerie française (très chic, genre le fromage à 13 pounds). dscn9279Du coup, hier soir au menu :  PDT / Mont d’Or chaud/salade. On s’est régalé !!!! Cela faisait deux ans que l’on n’avait pas fait ce repas simple. Mais là, ça prend une tournure repas exceptionnel. Genre Noël avant Noël. Emeric nous a fait super rire : « Mais, il a du goût le fromage français… » Ahahahahaha et oui, il est bien différent du fromage local tout les cheddars / mozza et potes se ressemblent en textures, couleurs et goûts (blanc, jaune, orange plastifiés). Pendant que la grande sœur allait presque lécher son assiette en disant « Mmmmm, ça me rappelle Loriol ! »

Il y a comme une petit odeur qui flotte ce matin 🙂

dscn9275Aller, il ne reste qu’un  autre A/R pour le fiston et dscn9274cette fois, après le pain, le fromage, je m’arrêterai à la charcuterie, ça tombe bien pile avant Noël.

Et puis petite escale prévue au V&A.

Vous connaissez ?

Exister sur les papiers : Etape 3

Où sommes-nous allés, Tristan et moi jeudi dernier ?

Indice 1 : les immeubles à moulures

dscn9057

Indice 2 : les barrières identiques

dscn9025

Indice 3 : les demi-sous sol façon Mary Poppins

dscn9026

Indice 4 : les drapeaux

dscn9023dscn9021

dscn9054Ben oui …nous voilà de retour dans le très chic quartier de Kensington pour nous rendre au Consulat  de France. Quel soulagement d’être prise au sérieux et d’avoir été aidée par un gars du Sud Ouest qui ne se la « pétait » pas trop contrairement à celui rencontré lors de la dernière virée. Les bienfaits de l’accent toulousain ! Merci les racines qui ont permis d’accélérer un tout petit peu le processus ( gagner quelques semaines de démarches c’est toujours ça). Donc, Tristan n’est PAS anglais mais il n’est pas ENCORE français non plus. En ce moment, il est comme apatride :). En fait, nous sommes en phase d’attente que son acte de naissance anglais soit transcrit dans notre livret de famille et cela prend plusieurs mois. Oui : plusieurs mois. Cette étape est essentielle pour que nous puissions demander un passeport à son nom et donc de sortir de l’île ne serait-ce que pour le plaisir… Donc retour à Londres dans 15 jours !

Après avoir passé plus d’une heure dans ce bâtiment surchauffé, objectif trouver et manger du vrai pain ! dscn9032Objectif atteint avec un hot dog dans une vraie ficelle. Bon à 6 pounds le sandwish, j’en ai savouré chaque bouché. dscn9028Puis je voulais profiter de cet A/R sur la capitale (que je n’aime pas) pour voir quelque chose de vraiment intéressant. Il se trouve que le bâtiment en face du Consulat est un musée. LE National History Museum. Très attirant avec son manège (attrape touriste) et sa patinoire (avant goût de Noël).

dscn9033 dscn9029 dscn9030

Dedans : pas de grandes découvertes scotchantes.

dscn9039 dscn9038 dscn9040

Certes le musée est immense, les animaux et squelette impressionnants, l’entrée gratuite mais il y avait une telle foule et un tel brouhaha que je n’aspirai qu’à m’asseoir et à apprécier le silence ! Bon plan pour touts petits : un coin qui leur est réservé ! Il y en a un qui était aussi ravi que moi de trouver ce « havre de paix » dscn9045dans le tohu-bohu d’une capitale touristique, pour se détendre un peu et reprendre des forces avant de refaire face aux foules..

dscn9046 dscn9047 dscn9041

Regret principal : l’exposition temporelle est payante dscn9024(12 à 15 pounds / personne). Bien dommage car c’était justement ce qui m’aurait intéressée. De magnifiques photographies d’animaux sous un fond de musique calme dans une ambiance « chambre noire ». Mais à ce prix et au risque que Tristan pleure, j’ai préféré passer mon chemin.

Au final, j’avoue que le musée, à l’intérieur est moins intéressant qu’à l’extérieur dont l’architecture est vraiment belle et travaillée.

dscn9053

 

dscn9034 dscn9037     dscn9051 dscn9052 dscn9050 dscn9048

En rentrant, commande faite par le mari trouvée !

dscn9055

« Treat » de la journée LA crêpe que je m’étais promis la fois précédente.

 dscn9058

A l’image de la baguette, le prix était bien moins savoureux que la spécialité bretonne.dscn9056

J’imagine que la boîte et les 2 fourchettes (Pourquoi 2  ? Etrange ! Tristan est toujours au régime lait) était aussi chère que les matières premières si ce n’est plus !

A bientôt Londres … Prochaine virée, autre musée ? Probablement.

La cueillette est ouverte

dscn8949 Samedi 5 novembre. C’est le matin, 9h45 à Milton Keynes. Oui, On est DANS Milton Keynes ! On pourrait croire que l’on est en plein campagne et en plein hier … Et ben non, tout faux ! Alors armés de polaires, écharpes et bottes, en route pour une nouvelle expérience / aventure. Un parc, du vent, un terrain de foot, des sentiers et chemins secrets, une vieille église, et enfin arrivés à destination après un joli pub …

dscn8950                 dscn8951

dscn8952               549cb8f2b40e6d05e4ea66319ed68cd8-image

dscn8956les vergers ! La ville de MK a ses propres vergers, ouverts à tous… bien cachés dans le joli quartier de Woughton on the Green. Des vergers de pommiers dont les fruits sont ramassés  par M.Mme « toutlemonde » pour faire LE cidre de la ville.

dscn8953

dscn8973dscn8957

On s’est donc joint aux familles présentes pour ramasser des pommes, des pommes, des pommes et des pommes des 7 variétés différentes : un tapis !!! Tellement il y en avaient qu’on les écrasait sans faire exprès. Impressionnant. Quelle bonne odeur. Des milliers de vraies pommes qui sentaient bon.

dscn8959dscn8963dscn8960dscn8961

dscn8964

 

dscn8971Et quand enfin, le soleil est sorti, on a ajouté notre récolte aux autres en prenant un petit pourcentage pour nous : tout gratos !!!

dscn8966dscn8969

Alors avec le soleil, on quitte cesdscn8979 jolis vergers …
dans les couleurs automnales chaleureuse. Le rouge aux joues, le bleu du ciel qui se reflète dans les yeux et la multitude de tons dorés qui donnent le sourire. L’automne en Angleterre peut être une très belle saison, aussi belle que dans la Drôme ou le Vaucluse.

dscn8963dscn8976dscn8977

On a découvert une maison de maître transformée en hôtel et la maison de poupée dont je rêve pour mes vieux jours !

dscn8978  dscn8980 dscn8981

Alors le charme anglais … il existe, non ?

En tous les cas, les pommes étaient savoureuses dans les gâteaux de Seb !

dscn8958

 

 

Exister sur des papiers : Etape 2

On commence à y voir clair pour le fiston …

Afin qu’il puisse vraiment exister sur des papiers, avoir un passeport et occasionnellement avoir le droit de sortir de l’île : Tristan doit s’assurer que sa mère soit en règle ! Et pour cela : il fallait refaire faire son passeport expiré depuis presque un mois. Alors direction le site du consulat/ambassade de France + RDV à la capitale = virée-expédition. La dscn8695mère a réquisitionné le grand-père de passage et « En Avant, à nous deux Londres » (cf. Eugènes de Rastignac qui arrive à Paris ; à peu près la même envie de conquête) ! Après 25 minutes à pieds, 35 de train et autant de métro : arrivés à destination dans le beau quartier (un peu-beaucoup) chic de Kensington avec des airs de Mary Poppins MAIS il y a un « Chez Paul » au coin de la rue et un énorme fromager 100% français… De bonnes odeurs connues et des faux airs de quartiers frenchy. D’ailleurs, on passe devant l’Institut Français. On ne doit pas être loin. Sortis à South Kensington par piccadily Line sur Cromwell Place. Première sensation sous un rayon de soleil : c’est beau ! Deuxième : « Yes : il y a des drapeaux connus ». Troisième : « On est bien en France, pas de doute ! On dirait que politesse et bienveillance habituelles ont disparu… » Dommage.

dscn8694 dscn8697

Ben voilà : première expérience au consulat et on se sent vraiment (ou du moins plus) expat’ après ce genre de virée ! Heureusement qu’il faisait beau pour digérer le manque d’amabilité. Vous connaissez bien la sensation « je suis un numéro parmi d’autres » / genre RDV à la préfecture ? Et voilà : à la queueleuleu, comme tout le monde avec un bébé ou pas, c’est pareil. Le bébé a faim : débrouille toi pour être à l’heure et silencieux ! Il a soif : débrouille toi pour être à l’heure et reste silencieux ! Il a besoin d’être changé au moment du RDV ? DEBROUILLE-TOI !

Aprdscn8698ès 45 minutes intenses et un peu stressantes, on souffle au libanais du coin. Promis au prochain A/R ) à la capitale je teste le resto d’en face … bien alléchant. Et on recommence le parcours inverse : 30 minutes de métro, 1 heure de train cette fois et encore 40 minutes à pieds (et oui, au retour, il y a moins d’énergie dans les pattes).

J’en connais un qui n’a pas pu resté éveillé tout le long. Super l’écharpe strech. Hyper pratique.

 dscn8700

Etape suivante 72h plus tard après avoir rassemblé les papiers importants dscn8726et jonglé sur les pages du site du consulat… Un nouveau défi : faire une photo officielle du pitchou. Une vraie photo.  Aux normes et tout. Exit le photomaton du coin car il ne faut pas voir les mains des parents (ni rien d’autre). Exit les 100 photos faites depuis sa naissance car en dehors de voir les yeux, il faut que le fond soit uni. Bref, en route pour le centre ville de MK et son méga centre commercial.

 dscn8739 dscn8744 dscn8740

Snappy Snap est notre ami, le bébé est posé sur un « bean bag » dscn8742avec un drap uni clair derrière en dix minutes tout est réglé et on peut profiter d’un autre rayon  de soleil et d’un délicieux repas chez Nando’s : chicken wings + coleshaw + chips + corn on the cob !

Bilan : devenir français permet de manger souvent au resto :).

dscn8743

Top Secret

Enfin ! Enfin ! Enfin !

ARTICLE A LIRE EN ÉCOUTANT CETTE MUSIQUE …

DSCN7963

Quelques temps après notre installation nous découvrions pourquoi Bletchley est connu (cf. le panneau d’entrée de notre ville-quartier), nous regardions un film sur le sujet et le 7 avril 2015, j’écrivais ça … Vous vous Bletchleysouvenez ? Donc, vDSCN7998oilà : c’est fait maintenant. Nous avons profité d’une magnifique journée pour explorer ce musée de la guerre et des premiers ordinateurs sur une propriété de l’armée. Semaine « initiation au patriotisme ». En gros, nous sommes allés voir les coulisses du film ! Les vraies ; comme l’avaient fait les acteurs avant de tourner « Imitation Games », film que nous recommandons pour mieux comprendre.

Le mot phare du lieu est « secret ». Comment un petit village qui a vu sa population augmenter de 12 000 personnes en 2 ou 3 ans n’a rien su pendant tant d’années (70) ? Le sentiment de fierté d’avoir très largement contribué à la fin de la seconde guerre mondial est très fort et visible à maintes reprises … Ce serait les anglais et non les américains qui auraient gagné cette guerre ! Question de point de vue ? Travail d’équipe ? Incroyable travail effectué dans l’ombre et dans des circonstances loin d’être faciles (froid, faim, clock ticking, pression, discrétion maximum).

Accueil, comme dans une gare puis direction le parc à proprement parlé … Tout public se sent attendu par les transats, les tables de pique-nique et les multiples bancs. Ah ces anglais et leurs bancs : c’est quelque chose quand même. Chaque fois que l’on en cherche un : bam en voilà un !

 DSCN7991  DSCN7987

DSCN7965 DSCN7964

Ils vous disent : « Venez prendre le soleil » ces deux là, non ? Bon alors, on change d’avis à propos de la météo « pourrie » anglais ? Pas si pourrie en tous les cas, pas tout le temps.

Après la grosse rénovation de 2014 (petit coup d’oeil : ça valait le coup, non ?) on peut visiter la « Mansion » et quelques baraquements. Des voix et bruitages sont pré-enregistrés et on les entends au détour d’un buisson, au bord de l’eau : on se croirait en 1942 ! Et puis les animations interactives sont vraiment bien faites… Grands tableaux tactiles qui permettent même à la moins mathématicienne de la famille (moi) de comprendre un temps soi peu les rouages des codes, des machines et tout !

DSCN7996 avant DSCN7962après

La maison principale

Bâtiments et parc furent acheté par le premier ministre pour y loger en toute discrétion son personnel. Dans ce magnifique bâtiment était regroupé le QG (HQ en anglais). Très très bien conservé, le mobilier et les décorations ont été préservés et certains décors conservés tels quels … jusque dans les moindres détails (des souvenirs du roi à ce moment-là, à la radio qui « tourne » sur BBC ou la cigarette pas finie).

DSCN7966

DSCN7967 DSCN7981

DSCN7969 DSCN7972

DSCN7968 DSCN7974

DSCN7973

Les baraquements

Là, travaillaient de milliers de fourmis humaines. Comme une ville dans la ville : tout y était. Y compris la boîte aux lettres, les garages à vélo, la cantine qui pouvait contenir 1000 personnes, les garages, la salle de divertissements, les terrains de sports et les logements entourés tout cela. Difficile quand même d’imaginer que partout des gens devaient être occupés. Dans une des baraques, les pigeons-voyageurs-soldats sont mis à l’honneur, dans une autre, on retrouve des hologrammes de soldats et de bureaucrates, dans une autre encore : une reproduction en carton de la fameuse machine car la vraie a été entièrement démantelée…

DSCN7986 DSCN7989

Les environs

Les enfants ne sont pas oubliés et même si le sujet peut semblait difficile ou pas à leur portée, dernière les arbres on découvre un parc, un terrain de tennis, des jeux d’extérieurs …

DSCN7988 DSCN7985 DSCN7979

Le film / exhibition

DSCN7975Dans la salle de bal de la maison principale, on retrouve une scène du film et quelques accessoires. La salle de bal qui a servit de décor pour les scènes du pub ! Moi qui pensait que tout avait eu lieu dans le Pub Enigma ou Eight Bells … j’avais tout faux. Dans les allées, se promenait une dame (touriste) comme nous en vêtements DSCN7997d’époque ! Étonnant.

 

DSCN7995

Partout des références aux grands hommes au cerveau remarquable comme, bien entendu, Alan Turing, mis à l’honneur … mais pas que lui !

DSCN7977Sometimes it is the very people who no one imagines anything of who do the things that no one can imagine. » C. Morcon

Pour aller plus loin : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bletchley_Park ! Et puis vous pouvez aussi venir voir de vous même est loger chez nous le temps d’une nuit, d’un repas, de plus ?

DSCN7961

Vie de château dans les jardins de Castel Ashby

DSCN7647

Petite impression d’Alice au pays des Merveilles, à nouveau … comme l’été dernier au pays de Galles ! Ce n’est pas pour rien que Lewis Carroll était britannique : il a intégré ce qu’il vivait dans son oeuvre, c’est tout. Découverte d’un joli coin courantDSCN7583 juillet : Castel Ashby !

Cette impressionnante architecture est un « vrai » château (à comprendre : avec des vraies personnes qui vivent dedans), entouré d’une immense propriété. La petite forteresse et son terrain de cricket sont privés mais les jardins autour sont publics. De quoi passer un agréable moment en famille et au soleil (surtout).

On ne l’observera que de loin !

DSCN7582 DSCN7586

Plusieurs hectares de verdure superbement entretenus, de quoi découvrir, escalader, s’émerveiller,  renifler ou sentir (selon les âges), s’amuser, observer et écouter…

DSCN7581 DSCN7578  DSCN7585

Petit cottage privé à l’entrée … genre même le gardien mène la vie de château !

DSCN7577Et des fleurs : PARTOUT !DSCN7592DSCN7590

DSCN7591DSCN7600 DSCN7594 DSCN7593DSCN7596

 

 

 

DSCN7601

 

 

 

 

 

 

 

 

Les enfants (et les parents) s’en sont donnés à coeur joie… de beauté en beauté. Entre partie de cache-cache, passage et jardin secrets, marcher pieds nus dans de l’herbe si douce qu’on dirait une moquette …

DSCN7611 DSCN7609DSCN7608DSCN7610

Qui a gagné ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On peut deviner la joie d’essayer de se surprendre mutuellement … Et cette pelouse, si « parfaite », sans une mauvaise herbe et si douce ! Si douce ! Tout simplement : bluffant. En dehors de ses jardins, le château a ses propres serres, sa « fushia house », son église, son cimetière, ses poteries et statues, son lac-étang … Waouh !

DSCN7613 DSCN7607DSCN7614

 

DSCN7615

 

 

 

 

 

 

 

Et jolie surprise : une mini ménagerie … jolie …

DSCN7605 DSCN7604 DSCN7606   DSCN7603

… où les enfants ont  été ravis de voir « en vrai » leur personnage préféré tout droit sorti du film du Roi Lion !

Emeric appelle ces suricates des « Akumatatata ». Et il y a en avait un si grand groupe que nous aurions pu les laisser là à observer pendant vraiment longtemps !

 

RANDOM PICS OF THE DAY

DSCN7588 DSCN7619 DSCN7626 DSCN7617

DSCN7630 DSCN7602

DSCN7616 DSCN7637

 

DSCN7631