De la terre aux bocaux

Notre réserve de confitures faisait triste mine ces derniers temps … et nous attendions avec impatience de retourner à « Pick Your Own  » à  Grove Farm« . La météo locale imprévisible et plutôt mouillée ne nous permettait pas d’aller faire notre cueillette plus tôt !

DSCN7367

Nous avons profité de la venue / visite de la famille d’Ethiopie pour y faire un tour dans les rayons timides du soleil qui joue à « 1 2 3 …  » ou à cache cache avec les nuages (comme disent nos enfants).  Entre deux ondées, nous avons quand même récolté 2 kilos de groseilles (c’est pas rien, car il faut les ramasser une par une) et 4 de fraises (et là c’est au ras du sol : merci à ceux qui peuvent encore se baisser)…

DSCN7355 DSCN7356 DSCN7357  DSCN7359 DSCN7360 DSCN7362 DSCN7363 DSCN7364 DSCN7365  DSCN7381

Les intérêts de se rendre dans cette « ferme » :

  • c’est la possibilité de discussions spontanée avec les voisins-cueilleurs.
  • mais aussi découvrir de nouveaux légumes et fruits et les recettes qui vont avec grâce à ces mêmes « voisins de rangs ».
  • et surtout laisser les enfants manger TOUT ce qu’ils veulent (même des fèves crues).

 

Le bon coin …

DSCN7237Pour la fête des pères, celui de mes enfants a assuré et nous a déniché un super coin … pas bien loin de chez nous.

Aller avouez que lorsque que le soleil accepte de jouer le jeu, l’Angleterre paraît belle et donne envie, non ?

Ok, le ciel était plus blanc que bleu …

 

DSCN7231 DSCN7230

Ben bon, on s’est régalé avant l’averse :

DSCN7235 DSCN7234  DSCN7232

Et puis aussi bien les grands que les petits avec des tyroliennes géniales et un cavery pas chers-fait-maison dans un mini-joli-pub de 600 ans qui dit « revient vite » !

DSCN7242 DSCN7241 DSCN7244 DSCN7240

DSCN7245 DSCN7246

 

DSCN7228

Juste pour le sourire …

DSCN7229

Ship of dreams !

DSCN7091Pendant les dernières vacances scolaires (last half term, c’est quoi ça … déjà ?),  grosse impression, mal de mer et voyage agité sur le Titanic !

Non ! Juste une petite virée au centre commercial pour une rétrospective gratuite sur l’histoire de ce navire mythique en photo Black + White. Genre exposition itinérante organisée par des fanas du plus grand navire de son époque. !

 

DSCN7077

Ils ont l’air ravis d’être là ? N’est ce pas ?

En fait, nos enfants n’ayant JAMAIS entendu parler de ce bateau, ni du film (bien entendu), ni des passions suscitées par sa splendeur,  par son naufrage, puis par l’interprétation de Leo et Kate : ils ont eu un peu de mal à montrer leur intérêt pour le chmiblik. Il a fallu chercher des « trucs » pour les faire rire, sourire et les rendre curieux !

Comme les vieilles valises avec cintres intégrés, les lits surélevés ou les cuvettes de WC coincées entre 2 lits dans les cabines de seconde classe, les hélices et les « bouilloires géantes  » (chaudières est un terme qui leur parlait moins : et oui, on vit au pays où le thé est la boisson nationale quand même ! ) pour faire tourner les moteurs : ça, ça les a impressionné. Emeric pensait qu’il y avait de gros hélicoptères sous la coque. Plus loin, Abigaïl a cru que la reconstitution de la chambre à coucher était celle de la reine. On y revient souvent à celle là !

DSCN7086 DSCN7083

DSCN7080 DSCN7079

Personnellement, j’ai été bien plus impressionnée par la qualité des images, en sépia, de l’époque, agrandies à dimension humaine. Il était plus facile de se rendre compte de la grandeur du chantier naval.  Chantier qui a dû permettre à des centaines de familles de vivre mieux pendant un temps !

DSCN7078

Les maquettes pour expliquer ce que c’est un naufrage et comment celui-ci s’est déroulé étaient bien utiles aussi. Au final, les enfants ont été un peu émus de comprendre que beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup de personnes étaient mortes dans l’eau car l’exposition se finissait par un mur sur lequel tous les noms des passagers avaient été imprimés en deux couleurs : les rescapés et les autres. Prise de conscience visuelle très forte.

DSCN7084  DSCN7082 DSCN7081

DSCN7085Autres images : celles des personnes-clés sur le bateau, dont le capitaine qui ressemble étrangement à Capitaine Igloo, non  ? En tous les cas la ressemblance entre le vrai est celui du film est frappante.tit

 

 

 

 

Toutes ces représentations géantes étaient suspendues au plafond… étrange sensation de déambuler sous les photos.

Les origines d’un sport toulousain

Quelle est cette jolie ville de tours et de clochers ici et là ?

DSCN6988DSCN7006 DSCN7009

DSCN7030 DSCN7013Joli mois mai …

Lors d’un des premiers week-end ensoleillé, nous avons pris la route. Destination choisie un peu au hasard.

 

Belle découverte d’une nouvelle « market town » dont le nom sonne familier. Sans le faire exprès nous y étions un jour de marché… Non, nous ne sommes pas allés en France.

DSCN6999  DSCN7002

On voit bien que tout est « fake », non ? Et que le marché est un peu étrange …  Bien que la météo n’avait rien d’anglaise lors de cette virée, cela aurait presque pu induire en erreur !

DSCN7064DSCN6992DSCN6990

Quelques indices :

  1. Ville non loin de Barby (non, ce n’est pas une blague, ce lieu existe). Prochaine excursion pour découvrir ce qui s’y cache ? Peut-être des poneys roses ou des licornes …
  2. Ville de Web Ellis (la légende voudrait que : « William Webb Ellis, avec un parfait mépris pour les règles du football tel que joué à son époque, a le premier pris le ballon dans les bras et couru avec, créant ainsi le caractère distinctif du rugby ») et de Laurence Sheryff (un gentleman qui voulait encourager l’éducation au XVI ème siècle)
  3. Ville où les vitrines ont ce look … (un peu posh mais dont certains détails ne passent pas inaperçus aux yeux de certains fans).

DSCN7005                      DSCN7008

DSCN7014    DSCN7012    DSCN7021DSCN6993 DSCN6998 DSCN6997 DSCN6996

Langue au chat ? Bon aller c’est bon : RUGBY. Oui, oui, oui : c’est une ville. Non nous n’avons ni visité une des écoles prestigieuse du coin, ni fait les musés, pas avec un beau temps pareil et un petitou (pardon gratou) de 3 ans ! Nous avons flâné, fait du lèche-vitrines, mangé un vrai lunch anglais (sandwish et jacket potatoes), et surtout profiter d’une belle  surprise.

DSCN7003 DSCN6995 DSCN6994DSCN7011 DSCN7010 DSCN6991 DSCN7062 DSCN7022 DSCN7020 DSCN7015

Le coup de bol de la journée ? La fête de la ville avec attractions gratuites pour les enfants sous un soleil radieux et dans une ambiance certes festive mais calme. Au menu, mini-manège, face-painting (la solution pour que le fiston reste immobile), baloon-shapping et bouncy castle  à volonté. Oui, ça sonne mieux en Anglais… Pour ceux qui n’ont pas pigé, petit aperçu en images :

DSCN7032 DSCN7034 DSCN7038 DSCN7043 DSCN7044 DSCN7047 DSCN7046 DSCN7048 DSCN7052 DSCN7053  DSCN7055 DSCN7056 DSCN7061

Journée réussie : et oui, on peut vivre de chouettes moments de l’autre côté de la Manche

 

 

Petit saut dans l’histoire : le contexte

Dans un article précédent, des photos postée, sans explications … de façon un peu énigmatiques, non ?
En fait, le 15 mai, en fin de matinée, nous sommes retournés au Musée de Milton Keynes. C’est là où nous avions déjà fait un « voyage dans le temps« . Cette fois, tout le WE autour de l’annif d’Emeric était à thème : l’histoire d’Angleterre et ses grandes périodes. Beaucoup de participants, d’exposants et de stands.
Tout le monde y a trouvé son compte, les adultes et les petits … « of course » surtout quand on rencontre des exposants passionnés, passionnants et en plus  : qui parlent français, ça aide bien ! Ah si tous les anglais parlaient français, l’oncle J.C., il viendrait peut-être vivre ici !

Walking into the wild

Ou comment se faire une frayeur culturelle …

Samedi dernier, en route pour un nouveau parc naturel : Martson Vale… C’est un peu le Arocha du coin en + grand, à en faire baver d’envie nos amis de Provence Pascal et Priscille ;). Réserve-parc naturel dans une région où la nature avait été laissée de côté. Le projet : reconstruire une forêt, un lac avec toute leur faune et leur flore. Magnifique et reposant cadre. Nous n’en avons visité qu’un sixième si j’ai bien compris ! Donc il va falloir y revenir.
Bref, après un vrai « afternoon tea » en compagnie des Dzias et un passage obligatoire dans l’air de jeux avec les larmes et les rires obligatoires (eux aussi) près de la civilisation, on prend le chemin de ballade. Et là : personne. Je dis bien personne, nous n’avons croisé « no one » de chez « no one ». Incroyable. Ballade en pleine nature, ambiance bord du Rhône entrenu mais où la nature a ses droits.
Seuls être vivants rencontrés : des dizaines de lapins, quelques canards, poules d’eau, oies et autres volatiles qui kiffes les lacs et étangs .

 

En chemin, nous nous sommes prêtés au jeu des questionnaires « interactifs », nous nous sommes cachés, presque en silence pour admirer la nature surtout cette magnifique lumière de fin de journée sur l’eau … Bien entendu, avec une demoiselle de 5ans, la lumière faisait des « paillettes » et le jeune homme de trois ans, lui ne voulait que trouver des bâtons et des cailloux pour faire la bataille !

 

Et là, aux ¾ du tour, on se rend compte que l’on a été tous seuls depuis le début. Petit coup d’œil à la montre : on se rapproche de 6h et aucun bruit ne nous parvient du « visitor centre », là où, une heure plus tôt, nous nous étions restaurés et où nous avions étudié le comportement des locaux se restaurer à leur façon… nous étions un peu ébahis !

Manger une salade à 4h ou 5h de l’aprèm’ : quoi de plus normal me direz-vous !

On se hâte un peu, de crainte que le portillon qui donne accès à la promenade ne soit fermé à clé. Et là : à notre plus grande surprise : plus un chat ! Seul un employé du café qui fini de plier les parasols. Oui oui oui, parasols : dans un pays où on cherche le soleil, il y en a qui mettent des parasols. Qu’est ce qu’il disait Obélix ? Ils sont fous ces Bretons ! On en est pas loin ! Bref, à 6h10, arrivés sur le parking, notre voiture était la dernière, le soleil pas encore couché, nous nous serions bien restés davantage. Français nous sommes et français nous resterons : le respect des horaires anglais nous est encore bien étranger.

Avant … Après

 

Voyage dans le temps

Pendant deux heures

 … Dernière étape des vacances scolaires : LE musée de Milton Keynes. Avec foule d’expériences nouvelles pour les enfants et un retour en enfance pour moi (cf. la ferme familiale des grands parents maternelles et l’atelier des hommes Ferrand). Tous les vieux outils et ustensiles « d’autrefois » quand autrefois était il n’y a pas si longtemps que ça étaient là. Mais aussi de vraies découvertes comme les ancêtres du télégramme et téléphone, une vraie machine à vapeur, jeux de société et j’en passe.

 

Nos « petits » ont testé les toasts version « c’était comment avant le grille pain ? », le moulin à eau qui fait fonctionner, presque tout, les différents téléphones, les boîtes à musiques, la fontaine … et ils ont été pris en esclaves comme sur la brochure !

 

 

Au RDV également, un beau soleil bien agréable ! On a sourit à la lecture des règles de vie d’une classe du siècle dernier. On a tremblé dans l’abri du jardin « en temps de guerre », avec le bruits des sirènes hurlantes, les avions qui nous survolaient et les bombes qui tombaient à côté de nous … On s’est marré a regarder Seb tester un vieux vélo et on s’est prêté au jeu de chaque expérience proposée par les gentils bénévoles  à la retraite du musée.
L’intérêt (grandissant) d’Emeric pour les trains et autres transports similaires a été rassasié devant le plus gros tram de la région qui était en service au Nord de Milton Keynes. Il y a juste « quelques » années de cela.

Au retour, légèrement KO…

 

Stoke Bruerne, pas si scotchant que ça mais agréable.

2ème partie des vacances :

Visite de l’autre petite soeur, Valou ! Autre super tata.

A l’occasion des 30 ans de son « cher et tendre », virée dans un village sur le Grand Canal. Stoke Bruerne, recommandé par des amis de l’église.
Au lieu d’une sortie touristique, cela aura été une sortie éducative : musée, écluse, ballade (très calme et très humide), tour en péniche (mini), retour au chaud : repas devant un feu de cheminée bien utile, dessert trouvé sur le troittoir. 

Visite passée aussi vite que l’éclair. Gâtés par tant de simples et bons moments vécus ensemble.

Ça percute !

Photo

Vendredi dernier, Seb et Glad = sortie à 2 direction le centre ville pour aller voir / écouter / ressentir le concert-spectacle-parade de Clash of Drums. Rencontre de deux groupes de percussions et pyrotechnie.
Les commandos percu (français) affrontent les Deabru Beltzak (basques), dans le style « forces du mal ». A l’occasion de la coupe du monde de Rugby à Milton Keynes et surtout du match de la France, la mairie met le paquet et offre le spectacle gratuitement à 2 reprises dans les rues et parc de la ville.
Résumé officiel de la ville de MK :

On en  prend plein les yeux et les oreilles… Le coeur tape fort dans la poitrine, ci-contre version perso en 2 minutes …

Pour les potentiels passionnés la version longue :
Âmes sensibles, s’abstenir !

Pour le concert du premier soir, un parking entier était prévu : bondé une heure après la photo ci dessous, difficile à croire ! N’est ce pas ?